Shiro Daïmon - Accueil

Danse d'avant-garde ou de tradition

"Une œuvre d’une force incommensurable…"(Danse, Danse, Danse)
"Cet homme étrange, hypnotique…"(Télérama)
"La transe froide de Daïmon" (Sud-Ouest)
"Créature fascinante…" (Le Monde)
"L’âme de foeu "(Les Saisons de la Danse)
"Le feu à l’intérieur " (L’Humanité)

Shiro Daïmon Shiro Daïmon est reconnu comme l'un des plus remarquables danseurs japonais de sa génération. Sa technique minutieuse, complète, le situe à la fois comme danseur, acteur, musicien. Disciple des grands maîtres du Nô (Kanzé Tetsunojô 8ème, trésor national) et de la danse du Kabuki (Ecole Hanayagi), il maîtrise à la perfection les rôles de femmes, pierre de touche des acteurs et danseurs du théatre traditionnel japonais.
Entre la tradition et la modernité, l'Orient et l'Occident, la danse, le théâtre et la musique, Shiro Daïmon fusionne les techniques du Nô, du Kabuki et de la danse contemporaine dans une écriture originale et poétique.
Souvent, Shiro Daïmon s'est entouré de musiciens de grand talent qui pratiquent à merveille l'improvisation : Steve Lacy en solo ou en quintet, Eric Fischer, Bernard Lubat… et dernièrement François Rossé, et de musiciens japonais : Yôsuke Yamashita, Masahiko Togashi, Shônosuke Ôkura…

Shiro Daïmon présente régulièrement ses spectacles en France et d'autres pays d'Europe et au Japon.

"Sa singularité majeure, son talent inclassable. Le Japonais Shiro Daimon les a travaillés au corps depuis sa jeunesse. Passé par des apprentissages multiples et très pointus comme ceux des traditions du nô et du kabuki, il a su en intégrer les lignes de force pour reconfigurer un style intransigeant autour des thèmes de la mutation, du cycle vie-mort, du masculin-féminin. Sans cesse sur le fil, entre danse et théâtre, chant et mime, avec un goût raffiné des masques et des maquillages, il nous invite à revoir notre définition du spectacle et de nos attentes." Rosita Boisseau, Télérama, nov. 2005

Interview de Rosita Boisseau réalisée au Monaco Danse Forum 2004 par INJAM - Pascal Villa
► Voir la vidéo

Retour en haut de page

Il y a presque 60 ans que j'ai commencé la danse et pourtant la danse reste toujours un mystère.
La danse me bouscule aujourd'hui comme autrefois.

Pourquoi suis-je fou de la danse ?
Un jour, je dois en trouver la raison.

Un jour j'ai écrit :
« A l'âge de 7 ans, j'ai été mangé par la danse ».
En effet, à cette époque là, les jours qui précédaient le spectacle, ma gorge ne pouvait pas accepter de nourriture et après la danse, mon âme me semblait séparée de mon corps.
Elle était partie ailleurs, en voyage.

Je peux trouver dans cette histoire l'origine de ma religion de la danse.
Le plus important pour la danse, c'est de libérer l'Âme.
La chorégraphie est un chemin pour cette libération.

L'Âme est une fleur.
La technique est un graine.
J'ai planté sur mon corps plusieurs graines pour que s'ouvrent des fleurs.

C'est l'Âme qui choisit.
C'est elle qui me fait danser.

Si mon corps devient un jour comme un arbre gelé,
certainement mon Âme
s'ouvrira comme une fleur.

Texte de Shiro Daïmon

Retour en haut de page

Crédits photos : Agathe Poupeney • Jean-Marie Goureau • Jean Gros-Abadie • Margot Preteceille • Arthur Pequin • Makiko Kishi
Joanna Raphael • Anne Nordmann • Maria Bruni               Site réalisé par Koakiss ©2010